Dons d'organes et de tissus

Coordonnées

CH Annecy, photo du service
  • Annecy
  • Secrétariat
    • 04 50 63 66 13
  • 24h/24, 7j/7

dondorganes@ch-annecygenevois.fr

Missions

Le Centre Hospitalier Annecy Genevois dispose d’une coordination des dons d’organes et de tissus. L’activité de prélèvements d’organes et de tissus permet d’améliorer l’accès à la greffe des patients en attente, en collaboration avec l’Agence de Biomédecine. Cette unité a plusieurs missions.

 

  • Recensement des donneurs et organisation des prélèvements :

L’équipe de coordination assure le recensement des donneurs potentiels d’organes et de tissus.

Elle organise le prélèvement selon les disponibilités des intervenants ; elle est présente au bloc opératoire pendant toute la durée du prélèvement. Elle contribue à son  bon déroulement, à la préparation des transports,  à la communication des informations et documents aux équipes chirurgicales de prélèvement et à l'Agence de la biomédecine.

 

  • Accompagnement des proches:

Les infirmiers coordinateurs rencontrent les proches, recherchent une éventuelle opposition au don et les accompagnent dans leurs démarches et questionnements.

Ils sont les garants du respect de la personne décédée et du rendu du corps après le bloc opératoire.

Infirmiers et psychologue sont disponibles au quotidien par téléphone ou sur RDV pour discuter, répondre aux questions ou donner des nouvelles.

 

 

  • Formation et information:

La coordination assure la formation et l’information des équipes de soins, et propose un débriefing de toutes les procédures avec les personnels impliqués. Elle leur transmet régulièrement des nouvelles des personnes greffées.

Enfin, elle assure, en lien avec les associations de donneurs,  l’information du grand public, en collège, lycée ou formation aux professions de santé.

Lors de ces formations, les témoignages de personnes greffées sont d’une grande richesse pour lancer la discussion sur cette problématique du don.

 

>> Fédération des Associations pour le Don d'Organes et de Tissus humains 74 

 

  • Réseau

Le travail en réseau avec les établissements de santé voisins permet de mutualiser les moyens, de partager les expériences de chacun et d’améliorer sans cesse les pratiques et les connaissances des différentes équipes.

 

 

Historique

 

L’histoire des dons d’organes et de tissus au CHANGE, de 1978 à aujourd’hui

 

 

  • 1978 : 1ère trace d’un prélèvement d’organes retrouvée dans un dossier patient en Réanimation
  • 1993 : 1ère fiche d’un prélèvement de cornées

L’établissement ne disposait pas d’équipe de coordination dédiée, les prélèvements étaient alors dépendant de la volonté médicale.

 

  • 1998 : Mise en place de la « cellule » des dons d’organes, qui comprend :
    • Un médecin nephrologue
    • La cadre de santé en réanimation
    • Une cadre de santé du bloc

Ils ne disposent ni de temps dédié, ni de temps d’astreinte reconnu, et effectuent donc leur travail de coordination en plus de leurs activités respectives dans leurs unités.

 

  • De 1998 à 2018 :
    • Début des interventions extérieures auprès du grand public, collaboration avec ADOT 74, Groupama...
    • Organisation des prélèvements et mise en forme des dossiers donneurs
    • Début de l'activité de réseau (Grenoble et Résap)
    • Intégration de la CPMO (ancien nom de la CDOT) au Pôle Santé Publique et communautaire
    • Début de l'activité DDAC M2

 

  2014 : une grosse année !

  • Fusion CH région Annecy et le CH de Saint-Julien en Genevois qui devient le CHANGE
  • Début des prélèvements de tissus sur Saint-Julien
  • Organisation puis début de l'activité DDAC M3
  • Octobre : inauguration du lieu de mémoire

 

Quelques définitions

 

CDOT : Coordination des dons d’organes et de tissus

PMO : Prélèvement multi-organes

DDAC : Donneur Décédé par Arrêt Circulatoire

DDAC M2 : DDAC Maastricht 2 : l’arrêt circulatoire a lieu en dehors de l’hôpital, il n’est pas programmé

DDAC M3 : DDAC Maastricht 3 : l’arrêt circulatoire a lieu à l’hôpital dans un cadre d’arrêt des thérapeutiques.

DDME : Donneur Décédé par Mort Encéphalique

LAT : Limitation et/ou Arrêt des Thérapeutiques

CRN : Circulation Régionale Normothermique

ACR : Arrêt Cardio Respiratoire

SRA : Système de Régulation et d’Appui de l’ABM

ABM : Agence de la Biomédecine

 

 

Le don d'organes à l'hôpital d'Annecy

 

 

  • Quels organes sont prélevés ? Quels tissus ?

Tous les organes peuvent être prélevés au CHANGE.

Les reins sont prélevés par les urologues du CHANGE puis envoyés vers les centres de greffe.

En revanche, pour les autres organes (cœur, poumons, foie, pancréas, intestin) ce sont les équipes greffeuses qui viennent au CHANGE prélever les organes avant de repartir vers leur Centre Hospitalier pour procéder à la greffe.

Les tissus prélevés au CHANGE sont :

  • Les cornées,
  • L’épiderme,
  • Les vaisseaux
  • Les valves cardiaques.

 

Ils sont pour la plupart prélevés par les équipes locales, et sont ensuite envoyés en banque de tissus pour évaluation et conservation avant la greffe.

 

  • Les organes sont-ils greffés au CHANGE ?

Non, l’activité de greffe est réservée aux Centres Hospitaliers Universitaires qui remplissent les conditions édictées par l’Agence de la Biomédecine et qui en ont reçu l’autorisation. Dans notre secteur, les centres greffeurs sont les CHU de Lyon, Grenoble, Saint-Etienne et Clermont-Ferrand

 

  • Combien de patients greffés en Haute-Savoie ?

Quelques trente personnes vivent avec le cœur d’un donneur en Haute-Savoie. Dans notre département il y a aussi approximativement 350 receveurs de rein et 75 receveurs de foie. La plupart ont reçu le foie ou le rein d’une personne décédée.

 

  • Qui sont les donneurs ?

Au CHANGE, les prélèvements ont lieu uniquement sur donneurs décédés. Sur notre secteur, les greffes d’organes à partir de donneurs vivants ont lieu aux CHU de Grenoble ou de Lyon.

 

 

 

Foire aux questions

QUE SE PASSE-T-IL SI JE N'AI PAS DONNÉ MON AVIS SUR LE DON D'ORGANES AVANT MON DÉCÈS ?

Les types de décès permettant le prélèvement d’organes et de tissus sont dans la plupart des cas des morts brutales. Les proches viennent d’apprendre le décès d’un parent, d’un conjoint, et seront sollicités pour s’assurer de son éventuelle opposition écrite (ou éventuellement orale) au don de ses organes et tissus si le défunt n’est pas inscrit sur le registre national des refus.

En France, la loi indique que nous sommes tous donneurs d’organes et de tissus, sauf si nous avons exprimé de notre vivant notre refus d’être prélevé. C’est la raison pour laquelle, lorsque l’on est opposé au prélèvement de tout ou partie de ses organes et tissus après la mort, il est important de s’inscrire sur le registre national des refus pour éviter ainsi à ses proches de vivre une situation douloureuse qui viendrait s’ajouter au deuil. Un accompagnement et un soutien des proches par la coordination hospitalière des prélèvements seront, dans tous les cas, mis en œuvre tout au long de ce processus.

En espérant avoir répondu à votre question, 

l'Agence de la biomédecine. 

 

EST-CE QUE JE PEUX CHOISIR À QUI SERONT DONNÉS MES ORGANES ?

Le don d'organes et de tissus est un geste altruiste et solidaire fondé sur le principe de l'anonymat et d'équité d'accès à la greffe. Il n'est donc pas possible de choisir de son vivant la ou les personnes qui pourront bénéficier de ce don post-mortem. 

L'anonymat signifie que le nom du donneur ne peut être communiqué au receveur, et réciproquement. La famille du donneur peut cependant être informée des organes et tissus prélevés ainsi que du résultat des greffes, si elle le demande à l’équipe médicale qui l’a suivie.

Par ailleurs, il est primordial de pouvoir permettre à chaque malade en attente de greffe de bénéficier d'un traitement équitable concernant l'attribution des organes. 

En espérant avoir répondu à votre question, 

l'Agence de la biomédecine.

 

JE NE VEUX PAS DONNER MES ORGANES APRÈS MA MORT, COMMENT LE FAIRE SAVOIR ?

Si vous ne souhaitez pas donner vos organes et tissus après votre mort, le principal moyen d’exprimer votre opposition est de vous inscrire sur le registre national des refus.

Vous pouvez également faire valoir votre refus de prélèvement par écrit et confier ce document daté et signé à un proche. En cas d'impossibilité d'écrire et de signer vous-même ce document, deux témoins pourront attester que le document rédigé par une tierce personne correspond bien à l'expression de votre souhait.

Enfin, vous pouvez communiquer oralement votre opposition à vos proches qui devront en attester auprès de l'équipe médicale. Une retranscription écrite des circonstances de l’expression de ce refus sera réalisé.

Au moment du décès, avant d’envisager un prélèvement d’organes et de tissus, les équipes médicales vérifieront systématiquement si la personne décédée a fait valoir de son vivant une opposition au prélèvement de ses organes et tissus. En premier lieu, l’équipe médicale demandera la consultation du registre national des refus pour savoir si le défunt y est inscrit.

Si ce n’est pas le cas, il sera vérifié auprès des proches si le défunt n’a pas fait valoir de son vivant son opposition à l’écrit ou à l’oral. Dans le cas d’une expression orale, l’équipe médicale demandera aux proches d’en préciser les circonstances et de signer la retranscription qui en sera faite par écrit. Il conviendra donc d’être le plus précis possible pour faciliter cette retranscription.

En espérant avoir répondu à votre question, 

l'Agence de la biomédecine.

 

EST-CE QUE JE PEUX CHOISIR QUELS ORGANES JE NE VEUX PAS DONNER ?

Il est possible de ne donner que certains organes et tissus. Pour ce faire, vous pouvez inscrire sur le registre national des refus les organes et les tissus dont vous ne souhaitez pas être prélevé.

Il est également possible d'exprimer votre opposition au prélèvement de certains organes ou tissus par écrit sur un document que vous pouvez confier à l'un de vos proches, pour qu'il puisse en témoigner au moment de votre décès. En cas d'impossibilité d'écrire et de signer vous-même ce document, deux témoins pourront attester que le document rédigé par une tierce personne correspond bien à l'expression de votre souhait.

Enfin, vous pouvez communiquer cette information oralement à vos proches qui devront signer un document écrit retranscrivant les circonstances de cette expression. Ainsi, seuls les organes et tissus que vous souhaitez donner seront prélevés.

En espérant avoir répondu à votre question, 

l'Agence de la biomédecine.

 

DEPUIS QUAND EXISTENT LES GREFFES D'ORGANES EN FRANCE ?

Si des médecins ont expérimenté la greffe rénale dès le XIXème, c’est après la seconde guerre mondiale que la greffe rénale va focaliser l’attention de plusieurs équipes chirurgicales, aux Etats-Unis et en France notamment.

La France va se distinguer en 1952 avec la première tentative de greffe à partir de donneur vivant. L’opération, réalisée à l’hôpital Necker par l’équipe du Professeur Jean Hamburger, est un succès, mais 21 jours après sa greffe, le jeune homme décède.

A la fin des années 1960, plusieurs équipes réussissent la greffe d’autres organes que le rein et notamment celle du coeur.

En 1967, le Pr Christian Barnard tente la première greffe du coeur au Cap, en Afrique du Sud. En 1968, c’est le Pr. Christian Cabrol qui réalise la première greffe cardiaque européenne, à Paris. Un an après la première greffe de cœur, 102 tentatives ont été réalisées dans le monde.

La diversification des organes greffés est favorisée par la description des neurologues français, dès 1959, de la mort encéphalique. Cette circonstance de décès permet de préserver l’état fonctionnel d’organes plus fragiles tel que le rein, qui se dégradent rapidement dès que l’irrigation sanguine cesse.

Malgré ces avancées, jusqu’aux années 1980, l’activité de greffe est essentiellement consacrée au rein. La technique de greffe a beau avoir accompli de grands progrès, elle se heurte toujours à un obstacle majeur, la question du rejet. Pour que la greffe réussisse, il faut que le système immunitaire du receveur ne rejette pas l’organe du donneur. Mais l'utilisation de la cyclosporine à partir de 1982 pour le traitement des personnes greffées marque un tournant dans l’histoire de la greffe. Avec cette nouvelle génération de médicaments anti-rejets, la survie des patients est considérablement améliorée.

En espérant avoir répondu à votre question, 

l'Agence de la biomédecine. 

 

Liens utiles

                        

 

 

L'équipe médicale

  • Annecy
  • ST JULIEN EN GENEVOIS
  • Voir tout

Didier DOREZ

  • médecin coordinateur
  • polyvalent Réanimation et CDOT Responsable d’Unité
Annecy

Anna FAUCHER

  • médecin coordinateur
  • polyvalente USC-Urgences et CDOT
Annecy

Catherine VERNAY

  • Psychologue clinicienne
Annecy

Dorianne JAKKEL

  • infirmière coordinatrice
Annecy

Anne JALLABERT

  • infirmière coordinatrice
Annecy

Luc SAINT-MARCEL

  • infirmier coordinateur
  • polyvalent Chambre mortuaire et CDOT
Annecy

Virginie DELANNOY

  • infirmière coordinatrice
Annecy

Ludmilla STECKMEYER

  • infirmière coordinatrice
  • polyvalente Bloc opératoire et CDOT
Annecy

Elisabeth DECHAMBOUX

  • infirmière coordinatrice
Annecy