Posté le 13/09/2019

Journée mondiale du coeur

 

Le jeudi 26 septembre - Ateliers et conférences débats tout public !

 

Cette journée gratuite, positive, ouverte au grand public est une occasion unique pour découvrir son cœur, discuter des facteurs de risques et apprendre les gestes qui sauvent.
Ateliers de dépistage et conférences débats : les deux temps forts de la journée !

 

Ateliers santé, stands d’information et gestes qui sauvent de 12h à 17h au CHANGE sur le site de Saint-Julien-en-Genevois
• Dosage de la glycémie (dépistage du diabète) et du cholestérol
• Mesure de la tension artérielle
• Échographie des carotides pour dépister un éventuel athérome : une lésion de la surface interne des artères provoquée par un dépôt de cholestérol
• Test de Dickson-Ruffier (adaptation à l’effort-activité physique).
• Faire le point sur le tabac: Atelier de tabacologie – Test de Fagerström et mesure du CO (dépendance au tabac).
• Faire de l’alimentation une alliée du cœur: Nutrition – Diététique – Explication des bonnes règles pour une alimentation saine.
Les ateliers de dépistage donneront lieu à un bilan des facteurs de risques cardiovasculaires avec un expert en santé pour chaque participant. Attention, ce bilan ne se substitue pas à une
consultation avec un médecin ou un cardiologue.
• Apprendre à sauver des vies ! Apprendre les gestes qui sauvent – Alerter – Masser – Défibriller avec le CESU.

Conférences à 18h à la Maison des Habitants – 3 rue du Jura, Saint-Julien-en-Genevois
Les conférences seront précédées d’une collation offerte au public par l’hôpital CHANGE dans le hall de la Maison des Habitants (1er étage).

Présentation de la Fédération Française de Cardiologie, de l’Association de Cardiologie des Alpes et du Club Coeur et Santé du Genevois
par Pierre-Erik Fournier Délégué régional de l’Association de Cardiologie des Alpes, Dr. Loïc Belle, Cardiologue, responsable d’unité au CHANGE et Marie-Christine Degila, Directrice Déléguée du site de St-Julien-en-Genevois.

Coeurs outragés, coeurs brisés, coeurs libérés par le Professeur émérite Jacques Machecourt Président de l’Association de Cardiologie des Alpes
Le cœur, cette pompe inépuisable, chaque 24 heures, à raison d’environ 100 000 battements chaque jour, véhicule près de 10 000 litres de sang pour apporter l’oxygène de la vie aux tissus de l’organisme à travers les 150 000 kilomètres de la circulation sanguine ! Des agressions multiples peuvent le détruire : certains stress (comme la maladie du « coeur brisé »), des agressions virales ou environnementales, mais en premier la terrible athérosclérose des coronaires conduisant à l’infarctus du myocarde. Cet exposé illustrera les avancées thérapeutiques lorsque la maladie est déclarée.
Mais « prévenir vaut mieux que guérir », car beaucoup de ces maladies sont évitables. Lutter contre l’accumulation des « facteurs de risque cardiovasculaires » est efficace : tabac (66 000 morts/an), mauvaise diététique, inactivité physique, sédentarité, stress, hypercholestérolémie (8 millions de personnes en France), diabète (3 millions), pollution atmosphérique.

L’accident vasculaire cérébral: actualités thérapeutiques et prévention
par Gilles Rodier, Praticien Hospitalier, Neurologie, Centre Hospitalier Annecy-Genevois
Près de 150 000 personnes en France présentent chaque année un « AVC », soit – cause la plus fréquente – suite à une occlusion d’une artère cérébrale, soit – cause la plus dramatique – suite à une hémorragie cérébrale. Des progrès majeurs de prise en charge permettent de réduire l’extrême gravité de cette maladie : progrès dans l’imagerie d’urgence, et surtout essor de la neuro-radiologie interventionnelle pour traiter dans les toutes premières heures, en débouchant l’artère occluse ou en stoppant l’hémorragie. Cette prise en charge nécessite une logistique lourde, à l’image des « stroke Centers » anglo-saxons.
La prévention de la survenue de ces affections passe par la lutte contre les facteurs de risque cardiovasculaires (hypertension artérielle, tabagisme, diabète…) et la prévention des accidents emboliques.

Alimentation et micronutrition : mieux gérer son stress et perdre du poids
par Raphaël Dutreige APA Club Coeur et Santé Annecy Rumilly
Notre alimentation nous apporte le carburant dont nous avons besoin au quotidien. Ces nutriments énergétiques sont appelés macronutriments, ce sont les protéines, les glucides et les lipides.
Mais notre corps est une machine complexe qui nécessite plus que du carburant pour bien avancer. Nous avons également besoin de nutriments non énergétiques pour assurer le bon fonctionnement de nos cellules, ils sont appelés micronutriments, ce sont les vitamines, les minéraux, les acides gras essentiels, les polyphénols, les acides aminés, les probiotiques, les prébiotiques…Dans notre mode vie actuel, différents éléments sont en lien avec de fréquents déficits pouvantprovoquer fatigue, problèmes d’endormissements infections à répétition… C’est le cas du stress et du surpoids qui sont reconnus comme facteurs de risques cardiovasculaires. Or une alimentation bien choisie et individualisée contribue à mieux les gérer pour retrouver l’équilibre.